Concha y Sierra : Défendre les couleurs des Concha y Sierra

     Depuis le plateau de la Crau, sur les terres du domaine de Coste Haute, Jean-Luc Couturier se prépare pour la présentation de l’un de ses élevages dans une arène de première catégorie. Un novillo marqué du fer de Concha y Sierra représentera l’élevage lors de la novillada concours organisée dans le cadre de la prochaine Feria du riz, le vendredi 12 septembre à 17h30.

     Pour l’occasion, Jean-Luc Couturier a sélectionné trois superbes novillos, tous fils d’un semental aujourd’hui décédé, nommé Puntillero-50. Dans les prochains jours, le choix se fera entre les novillos Aceitunero-8, Campesino-15 et Mañanero-6.

Les trois novillos pré-sélectionnés pour la novillada arlésienne.

Les trois novillos pré-sélectionnés pour la novillada arlésienne. De gauche à droite, Aceitunero-8, Campesino-15 et Mañanero-6

Aceitunero-8

Aceitunero-8, fils de Puntillero-50 et de la vache Aceitunera-422.

Campesino-15, fils de Puntillero-50 et de la Campesina-697.

Campesino-15, fils de Puntillero-50 et de la Campesina-697.

 

Puntillero nº 50, père des novillos présentés précédemment. (Autor de la fotografia desconocido)

Puntillero nº 50, père des novillos présentés précédemment. (Autor de la fotografia desconocido)

Le splendide novillo Golosino-17, fils du semental Alconero-53, pourrait être aussi sélectionné pour défendre les couleurs de la devise de Concha y Sierra sur la piste des arènes d’Arles. S’il n’est pas lidié en 2014, il rejoindra le lot de toros préparé pour être lidié en 2015.

Golosina-17, fils d'Alconero-53 et de Golosina-426.

Golosina-17, fils d’Alconero-53 et de Golosina-426.

Golosina-17, de Concha y Sierra

Golosina-17, de Concha y Sierra

Golosina-426, mère du novillo Golosino-17 présenté ci-dessus.

Golosina-426, mère du novillo Golosino-17 présenté ci-dessus.

Le semental Alconero-53, père de Golosina-17.

Le semental Alconero-53, père de Golosina-17.

Le dernier triomphe d’Andrés Rivas

Andrés Rivas, recevant un émouvant hommage dans les arènes de Gijon le 14 aôut dernier. A ses côtés, Carlos Zuniga fils et Rafael Finat, Conde de Mayalde. (Photographie Circuitos taurinos)

Andrés Rivas, recevant un émouvant hommage dans les arènes de Gijon le 14 aôut dernier. A ses côtés, Carlos Zuniga fils et Rafael Finat, Conde de Mayalde. (Photographie Circuitos taurinos)

 Dans les prochaines semaines, un homme humble et discret s’en ira des terres arides d’El Atillo : après s’être employé durant quarante années, aux côtés de Rafael Finat et de sa famille, à la reconstruction de l’élevage du Conde de Mayalde au travers un croisement qui permit de sauver les familles d’origine Contreras, Andrés Rivas s’éloignera définitivement des rudes vallons de El Espinar pour vivre une retraite méritée. Dans les années 1975, Andrés avait été chargé de remplacer le grand-père du matador de toros Oscar Higares qui jusqu’alors exerçait en tant que mayoral au sein de la ganaderia.

P1030100

Novillo du Conde de Mayalde, sur les terres d’El Atillo.

     Ces dix dernières années, Andrés a vécu avec intensité et discrétion le renouveau de l’élevage de Mayalde : d’abord en France, à Saint Vincent de Tyrosse en 2005, à Garlin et à Dax par la suite, puis dans le nord de l’Espagne (à Gijon en particulier), Andrés a représenté brillamment l’élevage castillan. A de nombreuses reprises, il fut associé aux triomphes des toreros, invité à effectuer un tour de piste et porté en triomphe. Ce fut le cas, par exemple, dans les arènes de Dax en 2007 lors d’une corrida qui avait permis le triomphe de Miguel Angel Perera et du colombien Luis Bolivar.

Mâles de Mayalde, au coucher de soleil.

Mâles de Mayalde, au coucher de soleil.

       Apprécié par de nombreux aficionados espagnols et français pour sa gentillesse et son humilité, Andrés aura obtenu une dernière récompense de taille le 14 août dernier dans les arènes de Gijon qui l’ont vu si souvent triompher. Un bravissime exemplaire, Hortelano-54, né précisément du croisement effectué par Rafael Finat entre les femmes contreras et les mâles domecq, était primé d’un tour de piste triomphal.

Un eral de Mayalde sur les terres enneigées d'El Atillo.

Un eral de Mayalde sur les terres enneigées d’El Atillo.

Gracias Andrés por tu trabajo, tu disponibilidad y tu amabilidad ! 

Résumé video de la lidia d’Hortelano-54, primé d’un tour de piste à Gijon le 14 août dernier.