De la présence du taureau à son triomphe

       Valencia et Castellon ont ouvert la temporada espagnole de manière singulière. Là où Olivenza a misée sur la présence du « fameux » G-10, les deux ferias méditerranéennes ont fait le pari de présenter des taureaux dignement présentés. Castellon a élaboré un concours d’élevages, empruntant à Simon Casas la formule inventée en 2011 : mano a mano ganadero. Cuadri, Victorino Martin et Miura se rencontreront ce week-end. En attendant, une bonne novillada du fer d’El Parralejo a été lidiée ce mardi, permettant à Fernando Adrian de triompher et, par la même occasion, de se rattraper après un passage discret, pour ne pas dire raté, la veille à Valencia. La novillera de Murcia Conchi  Rios rencontra lundi à Valencia deux très bons novillos d’El Parralejo, Vibora le premier et l’excellent Brevito, ce dernier d’une bravoure savoureuse et généreuse. Elle se montra, elle aussi, généreuse et ambitieuse, parvenant à tracer un toreo plus ou moins pertinent.

 Le lendemain, elle rencontra un nouvel exemplaire de qualité, d’El Parralejo. Ranchero signa avec bravoure et classe un excellent début de temporada pour l’élevage d’Extremadure. Fondé en 2007 par José Moya, à partir d’un lot de 51 vaches porteuses du fer de Jandilla et de 74 vaches de Fuente Ymbro, El Parralejo semble viser haut. Les premières novilladas ont laissé une excellente impression. Ranchero, lidié par Conchi Rios à Castellon,  était le fils d’Habilidoso, novillo de Fuente Ymbro gracié dans ces mêmes arènes de Castellon en 2007 par Diego LLeonart lors du mano à mano organisé avec Abel Valls. Si Habilidoso semble avoir transmis à sa descendance son patrimoine génétique, il est aujourd’hui décédé et Administrador-65, Agitanado-43 tous deux de Fuente Ymbro, et Camorrista-138 de Jandilla ont la lourde tâche de consolider les fondements de bravoure du nouvel élevage.

 A Valencia, Valdefresno a lidié mercredi une corrida très inégale. Deux taureaux sauvèrent la course. Lisonjero-67 , lidié par Diego Silveti, fut sans aucun doute l’un des meilleurs taureaux toréé en ce début de Feria. Morphologiquement, il était le prototype du taureau de Lisardo Sanchez, bas, volumineux et réuni, badanudoet imposant, il embista avec un rythme extraordinaire dans les capes du mexicain. Il humilia comme peu de Lisardo sont capables de le faire. Il fut, à n’en pas douter, un des taureaux de ce début d’année, à tel point que le ganadero fit prélever 120 paillettes de sperme à l’issue de la lidia. Diego Silveti tenta de se hisser à la hauteur d’un exemplaire si brillant… en vain. Il ne ravit qu’un seul pavillon, là où il aurait pu être consacré en Espagne. Son second adversaire, Fardero-141, offrit lui aussi un comportement de qualité sans que Diego Silveti ne parvienne à convaincre le conclave.

 

Taureau Nuñez, de Carlos Nuñez

Ce jeudi, les frères Lozano ont lidié une corrida typique de l’encaste Nuñez. C’est-à-dire déconcertante, mais tout de même intéressante. Froids et mansos à divers degrés au premier tiers, excepté Chalinito-288 (lidié par Matias Tejela) qui fut plus constant dans son entrega, les pensionnaires d’Alcurrucen offrirent des équations complexes aux matadors à l’affiche. Pour cette raison ces derniers firent piquer à l’excès leurs adversaires. Curro Diaz le premier, qui châtia excessivement un premier colorado giron, Pianero-300, qui  embista peu mais avec fixité et noblesse dans la muleta du torero de Linares. Il fit de même avec Castañedo-94, autre Alcurrucen de la famille de musiciens, qui se révéla de qualité au cours du dernier tiers. Alberto Aguilar affronta deux Nuñez violents, de ceux qui mettent à rude épreuve l’homme. Là où des taureaux d’autres encastes se seraient révélés plus obéissants, les Nuñez ont tendance à développer un genio certain lorsque leur bravoure fait défaut. Valeureux, le Madrilène laissa une bonne impression sans toutefois pouvoir obtenir un trophée.

En définitive, ce début de Fallas aura été le théâtre d’une présentation intéressante de taureaux et d’encastes différents. Là où le G10 est absent, les promesses émergent et les différents encastes sont mis en valeur. Espérons que les mano a mano ganaderos de Castellon soient à la hauteur de l’attente générée au sein de l’aficion.

Notes : Taureaux importants :

Sementales d’El Parralejo :  Administrador-65, Agitanado-43 de Fuente Ymbro, et Camorrista-138 de Jandilla

Taureau important de Valdefresno : Lisonjero-67, G-7, Negro, 485 kg.

Bon taureau d’Alcurrucen : Chalinito-288 Lidié par Matias Tejela

Castañedo-94 Lidié par Curro Diaz

Relando-188 Lidié par Matias Tejela