El toro de la carretera Temporada 2014

Embarquement pour Madrid

Labores de embarque en la ganadería Joaquin Moreno Silva, Saltillo.

Decían las malas (y entendidas) lenguas que el manejo perjudicaba al toro bravo… Correr los toros, enfundarlos, encerrarlos y volver a enchiquerarlos… Un sinfín de prácticas más o menos modernas muy criticadas por un sector del mundo taurino. Cuanto más se maneje al toro, decían y dicen, más se ve afectado el comportamiento del animal en el ruedo. Sin embargo, el estudio del comportamiento de los toros frecuentemente sometidos al manejo del hombre desvela que no es así. Por lo menos, demuestra que las incidencias nefastas de dicho manejo no son sistemáticas y cuanto menos cuestionables.

Corredero francés de la ganadería de Concha y Sierra

Corredero francés de la ganadería de Concha y Sierra

En 2013, uno de los toros más bravos de la temporada había demostrado como el intenso manejo al que había sido sometido no había alterado su extraordinaria bravura. Duermevela-84, de la ganadería de Parladé, había puesto de manifiesto en el ruedo de Zaragoza la importancia de seleccionar la bravura, sustentada en la casta, para compensar con el posible estrés que pueda sufrir el toro durante un manejo inusual. Algunos ganaderos sostienen, con razón, que el manejo controlado, al que está sometido el toro con suficiente recurrencia, permite disminuir su aprensión y, consiguientemente, el estrés padecido normalmente durante el manejo.

Entrenamiento de los toros de Concha y Sierra en Fontvieille

Entrenamiento de los toros de Concha y Sierra en Fontvieille

Durante la temporada 2014, hemos podido comprobar una vez más como algunos de los toros más importantes lidiados habían viajado por las carreteras de España y de Francia. Los desplazamientos y todo lo que ellos conllevan no perjudicaron a estos animales a la hora de someterse a la dura prueba moral y física de la lidia. Descubramos estos toros sobresalientes y sus respectivos recorridos.

El escaso número de toros aptos para ser lidiados en Plaza de primera categoría supuso durante la temporada 2014 una intensa interacción entre las plazas más exigentes del mercado europeo. Muchos de los toros que hicieron de sobrero en Madrid y en Sevilla fueron lidiados durante el transcurso de la temporada.

Entre ellos, un excelente toro de Montalvo, Quitapán-135, enchiquerado en Sevilla el 1 de mayo. Tuvo que esperar el mes de agosto para encontrar su destino final y llegar hasta Bayona donde lo toreó Daniel Luque. El sevillano cuajó al bravísimo toro salmantino y lo desorejó. La res fue premiada con una clamorosa vuelta al ruedo póstuma.

Otro toro excelente, reseñado para Sevilla y reservado como sobrero el 9 de mayo : Flor Do-102, de Jandilla, es llevado hasta Albacete a principios del mes de septiembre. Ahí, se enlota y cae en manos de un sevillano que había toreado solamente tres corridas de toros a lo largo de la temporada a pesar de haber puntuado en cada una de ellas : Pepe Moral. Superior para la muleta, conducido con mando y clase por su matador, Flor Do es aplaudido cuando las mulillas lo arrastran.

Tasador-28, de Antonio Bañuelos con el que Daniel Luque se consagró en Zaragoza. Fuente : Fotografia Aplausos.Es

Tasador-28, de Antonio Bañuelos con el que Daniel Luque se consagró en Zaragoza. Fuente : Fotografia Aplausos.es

Otro toro, de los más destacados lidiado en 2014, Tasador-28 de Antonio Bañuelos, con el que Daniel Luque se consagra en Zaragoza. Vuelta al ruedo para el toro y oreja de peso para un espléndido Daniel Luque.

Durante la feria maña del Pilar, El Juli es ovacionado tras finiquitar un gran toro de Parladé llamado Almontillado-69. Dicha res había sido enchiquerada en Málaga el pasado 23 de agosto. Al no lidiarse, cruzó España para ser lidiado en Zaragoza.

Más allá de este cuadro de honor compuesto por toros viajeros, se encuentran más animales con los que los toreros pudieron lucirse a pesar de las múltiples ocasiones en las que fueron sometidos a un manejo.

Un Jandilla llamado Habilidoso-24, reseñado para Gijón permite el lucimiento de Ivan Fandiño en la encerrona que protagonizó a final de temporada en Guadalajara. Obtuvo una oreja del toro. Otro toro propiedad de Borja Domecq, esta vez con el hierro de Vegahermosa, Adulador-17, propició el triunfo a Román en Albacete el 8 de septiembre. Había viajado el toro, anteriormente, hasta Valencia para su feria de Fallas. A un toro de Las Ramblas, Opaco-31, sobrero durante dicha feria de Fallas, El Fandi corta las dos orejas y sale a hombros de la plaza de toros de Alicante.

Hipocampo-13, de Vegahermosa también, enchiquerado en la Maestranza sevillana el 9 de mayo, viaja hasta Albacete ; con él, el valenciano Román toca pelo y le corta un apéndice.

De Sevilla a Beziers viaja Cubanoso-90 de Torrestrella. Cayetano Ortiz, que torea la segunda corrida de toros de su carrera, obtiene un trofeo del áspero animal.

Landroncello-20 de Luis Algarra viaja de La Capitana hasta Valdemorillo en el mes de febrero. No se lidia y encuentra destino en agosto : en Huesca Paulita le corta una oreja. Un novillo de esta ganadería, enchiquerado en Cáceres el 16 de abril es trasladado hasta Badajoz dos meses después donde José Garrido lo torea y le corta un trofeo.

José María Manzanares se luce en Granada el 20 de junio con Fundador-64, un ejemplar de Juan Pedro Domecq descartado durante el enlotado realizado en Castellón el 28 de marzo. Obtiene de él un apéndice.

Del toro Superviviente-18 de Garcigrande, el máximo triunfador de la temporada 2014, Miguel Angel Perera corta un trofeo en Santander el 24 de julio. El ejemplar salmantino había viajado hasta Badajoz un mes antes, donde no se había lidiado.

De Algeciras a Zafra viaja Lirico-32 de Nunez del Cuvillo para encontrarse con un confiado Pepe Moral. En la localidad extremeña el sevillano obtiene un apéndice del toro viajero.

Un bonito ejemplar de La Quinta se salva de la corrida estrella de la feria de Mont de Marsan y da buen juego en Gijón. Ahí Fernando Robleño lo cuaja y le corta una oreja.

Del Puerto de Santa Maria hasta Logroño, cruzando España entera del sur hacia el norte, se traslada un toro de Fuente Ymbro llamado Orgulloso-186. En el coso de Cuatro Caminos, Juan José Padilla se entiende con él y el público le concede un trofeo.

Para no alargar más el listado, destacaremos al buen Fascinante-174 de Juan Pedro Domecq cuajado de principio a fin por Espartaco, el día de su puntual reaparición en Palos de la Frontera. Dos orejas se lleva el diestro, vestido con traje pinzoniano y abre la puerta grande del coqueto coso andaluz.

Menos fortuna tuvieron Fortunero-23 y Corneta-33, dos bellos y serios toros de Ana Romero maltratados por la entonces empresa y los veterinarios de la plaza de toros de Zaragoza el 12 de octubre de 2013. Rechazados supuestamente por falta de trapío cuando apenas tuvieron tiempo para bajar del camión que los había transportado, tuvieron que volver a la finca gaditana que los vio nacer : Las Cobatillas. Ahí pasaron el invierno hasta el mes de mayo siguiente : reseñados como sobreros para la feria de San Isidro, se trasladaron hasta la capital madrileña. A pesar de enchiquerarse el 11 de mayo, no se lidiaron y viajaron hasta Francia. Durante el mes de julio llegaron a la catalana plaza de toros de Ceret donde fueron enchiquerados como sobreros. Tampoco tuvieron oportunidad de salir al ruedo y emprendieron, de nuevo, ruta hacia Las Cobatillas. Finalmente ambos toros fueron soltados en las calles valencianas. Uno de ellos, Corneta-33 se corrió en las calles de Massamagrell para su fiesta de la Virgen del Rosario, el 27 de septiembre.

Más animales completan una extensa lista de toros que viajaron por las carreteras de Francia y de España a lo largo de la temporada 2014. Seguramente se lidie algunos de ellos durante la próxima temporada en los cosos europeos, fragmentando algunas ideas preconcebidas y demostrando que la bravura es algo mucho más misterioso y potente quizás que lo que se pretende con frecuencia.

Julien Aubert

Les taureaux voyageurs de la temporada 2013

Duermevela-84 de Parladé, du guarismo 8.

Duermevela-84 de Parladé, du guarismo 8, dans les corrales de Malaga.

   Si l’aficionado ou le public occasionnel ne s’en doute pas, nombreux sont les taureaux qui, au cours de la saison taurine, voyagent d’arène en arène. Parmi eux, l’un des plus célèbres, Duermevela-84 de Parladé (Juan Pedro Domecq), lidié à Zaragoza en fin de saison, avait été choisi comme sobrero à Séville en septembre 2012, puis à Malaga en août 2013 et, quelques mois plus tard, à Madrid les 4 et 6 octobre 2013. Il arriva à Zaragoza en début de féria et il prit part à la corrida de Nunez del Cuvillo pour remplacer un animal refusé lors du reconocimiento. Il se révéla être l’un des taureaux importants de la saison. Il faut croire que les multiples manipulations qu’il subit n’eurent aucune incidence négative sur son comportement. Un cas similaire, celui de l’extraordinaire taureau Desvan, de Victoriano del Rio, auquel El Juli coupa les deux oreilles et la queue à Vistalegre en 2002, met en évidence le fait que la bravoure réelle n’est pas inhibée par les multiples manipulations que le taureau peut subir au cours de sa vie. Il y a là un mythe qu’il convient parfois de questionner. En revanche, il semble certain que ces manipulations ont une incidence notoire sur les animaux dont la bravoure comporte des failles. Alors, l’incidence de ces manipulations pourra être compensée par la recherche intransigeante d’une bravoure sans faille.

Fandino et Duermevela, dans les arènes de Zaragoza

Fandino et Duermevela, dans les arènes de Zaragoza. Photographie Arjona

Comme Duermevela-84, des dizaines de taureaux ont voyagé au cours de l’année 2013 avant d’être toréés. C’est le cas par exemple du Fuente Ymbro auquel David Mora coupa une oreille à Nîmes en septembre dernier. Ce taureau, Embriagado, avait été sobrero dans les arènes de Mont de Marsan au cours du mois de juillet.

Il est intéressant aussi de constater les liens qui se tissent entre les différentes arènes. Les plus grandes échangent entre elles les taureaux les plus sérieux, comme s’il y avait une pénurie de taureaux présentant une morphologie suffisamment imposante pour être approuvés lors de l’épreuve du reconocimiento.

 

Ganaderia Taureau Sobrero à Lidié à
Parladé Depravado-2 Santander Valladolid le 9 septembre
Juan Pedro Domecq Sombrero-50 Santander Almeria le 21 août
Juan Pedro Domecq Hilador-71 Valencia Malaga le 24 août
Juan Pedro Domecq Garafa-41 Cordoba Malaga le 24 août
Juan Pedro Domecq Discolo-83 Sevilla (n) Valencia le 27 juillet
Juan Pedro Domecq Jergosa-131 Sevilla Valencia le 27 juillet
Juan Pedro Domecq Dubitativo-50 Almeria Valladolid le 5 septembre
Juan Pedro Domecq Alboroto-13 Huelva Almeria le 21 août
Jandilla Fogoso-136 Valencia Albacete le 12 septembre
Alcurrucén Marchoso-9 Albacete (2012) Madrid le 2 mai 2013
Fuente Ymbro Embriagado-178 Mont de Marsan Nîmes le 12 septembre
Fuente Ymbro Marqués-151 Valencia (n) Cuenca le 27 août
Fuente Ymbro Impagado-41 Sevilla Bilbao le 23 août
Domingo Hernandez Piador-55 Pamplona Bilbao
Domingo Hernandez Huérfano-10 Santander Almeria le 22 août
Domingo Hernandez Baboso-85 Valencia Mars Valencia feria de Julio
Carmen Segovia Lanzavientos-24 Madrid 14 mai Madrid le 19 mai par Juan Bautista (oreille)
Victoriano del Rio Jocundo-42 Madrid Pamplona le 10 juillet
Victoriano del Rio Cantinista-173 Madrid Malaga le 23 août
Valdefresno Pitonero-55 Valencia Santander le 26 juillet

Ordenado, ou le sacre du printemps des Sánchez Arjona

SONY DSC                La route longiligne qui part de Salamanca et qui conduit à Ciudad Rodrigo est bordée par de nombreuses ganaderias emblématiques du campo charro. Il suffit de porter son regard à l’horizon pour apercevoir au loin, dans la verdure luisante de la vallée, les propriétés qui appartiennent aux familles ganaderas les plus prestigieuses. Sur les hauteurs de Robliza de cojos, Juan Luis Fraile élève ses quatre-vingt dernières vaches d’origine Graciliano, sur les terres de Cojos de Roblizo, dont il loue une partie aux héritiers d’Antonio Pérez de San Fernando dont l’élevage végète depuis que l’Espagne est entrée en récession. Depuis l’autoroute, on verra sur les champs de San Fernando les vaches de ce dernier, couvertes par un taureau charolais, les sementales braves marqués du fameux fer du AP attendant patiemment dans un enclos attenant à la bâtisse, rustique et typique, qui garde en son cœur d’innombrables souvenirs témoignant du passé glorieux de l’élevage.     

Javier Sanchez Arjona

Javier Sanchez Arjona

Une fois passé le petit village de Martin de Yeltes, si l’on quitte puis longe l’autoroute, on emprunte un chemin sinueux blotti entre une végétation abondante et verdoyante, jusqu’à parvenir à El Collado, propriété appartenant à D. Javier Sanchez Arjona dont la demeure est posée sur les hauteurs d’un terrain vallonné, au pied de la voie ferrée qui établit le lien entre Salamanca et le Portugal. Le grand père de D. Javier, raconte ce dernier, était un homme politique influant et il avait usé de son influence pour modifier le tracé de la voie ferrée afin de la faire longer sa propriété. C’est dans un univers paradisiaque, magnifié par la bonté d’un printemps radieux, entre ces deux lignes parallèles que la modernité a inscrit dans le paysage, la voie ferrée et l’autoroute récemment créée, que paît le bétail élevé par Javier Sánchez Arjona.

 SONY DSC

La résistance des Coquillas

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En épousant au début des années 1940 Dolores Sánchez Fabrés, Jesús Sánchez Arjona, père de Javier, allait constituer les bases d’un élevage qui allait donner un prestige certain aux taureaux ibarreños de Coquilla qu’avait acquis Justo Sánchez Tabernero dit « Sánchez Fabrés ».

Affiche d'une novillada lidiée à Madrid par Paco Coquilla

Affiche d’une novillada lidiée à Madrid par Paco Coquilla

Si le premier achat réalisé à son beau-frère correspondait à un total de quatre-vingt-cinq femelles, l’édification de l’élevage des Sánchez Arjona fut progressive. En effet, durant plusieurs années, les deux élevages se prêtèrent des sementales et nombreux furent ceux qui, appartenant à Sánchez Fabrés, couvrirent les vaches de Sánchez Arjona qui paissaient durant quelques mois, l’hiver, dans une propriété attenante à Llen, la finca des premiers. Si Jesús acheta en premier lieu le semental Lucifer-83, il fut aussi conscient de la nécessité d’ouvrir génétiquement la ganaderia en s’appuyant sur un nombre important de sementales provenant de familles différentes afin de ne pas affaiblir son élevage dès la construction des fondations de celui-ci. Pour cette raison il convint avec son beau-frère que celui-ci lui prêta des sementales provenant des différentes rames fondamentales de sa ganaderia, celles de Bordador-59, de Tomatero-85 et du taureau Volador-63, fils d’une femelle marquée du fer de Sánchez Fabrés.

Une des premières novilladas que Justo Sanchez Arjona lidia à Madrid

Une des premières novilladas que Justo Sanchez Fabrés lidia à Madrid

Ainsi, Jesús fit couvrir ses vaches par Bonarillo-61 de Sánchez Fabrés en 1950. L’année suivante, les naissances furent engendrées par le même Lucifer-83 et par Reolino-77, qu’il échangea contre le Bonarillo-61. Pour ne citer qu’eux, Medianoche-16 et Terciopelo-62 vinrent couvrir les femelles de Sánchez Arjona en 1952 et en 1953. Durant de nombreuses années, les échanges furent constants entre ces deux élevages jusqu’à ce que Sánchez Fabrés ne décide de croiser ses coquillas avec des sementales d’origine Buendia acquis à l’élevage voisin de Martinez Elizondo.

Le semental Chumazo-41 qui rendit célèbre la ganaderia de Jose Matias Bernardos dit "El Raboso".

Le semental Chumazo-41 qui rendit célèbre la ganaderia de Jose Matias Bernardos dit « El Raboso ». (Photographie : Adolfo Rodriguez Montesinos : El toro de Santa Coloma)

Javier Sánchez Arjona avait constaté les effets néfastes engendrés par un croisement réalisé en 1965 avec le taureau Cirujano-5, né en Andalousie chez Felipe Bartolomé, qu’il avait acheté aux frères Rodriguez Pacheco et, pour cette raison, il s’était alors résigné à ne plus jamais entacher la pureté des coquillas par un apport d’origine Saltillo. Cette décision l’avait amené à faire appel à Pepe Raboso, José Matias Bernardos, qui détenait une souche pure de Coquilla provenant de la maison Sánchez Fabrés afin d’affirmer une orientation clairement ibarreña. Alors, Javier Sánchez Arjona introduisit deux fils du fameux semental Chumazo-41 qui avait rendu célèbre l’élevage du Raboso, Extremeño-22 et Carricero-35. Le premier apporta une qualité extraordinaire au bétail élevé à El Collado.

Après plusieurs décennies de succès, les coquillas des Sánchez Fabrés-Sánchez Arjona ne parvinrent à s’adapter aux exigences imposées par l’afición des années 1980. Quand Juan Sánchez Fabrés tenta de donner un volume plus conséquent à ses coquillas en introduisant divers reproducteurs de Martinez Elizondo, Javier Sánchez Arjona opta pour le respect de la conformation zootechnique du taureau qu’il élevait. Son élevage disparut progressivement des férias de premier plan.

Le semental Aceituno-83, fils de l'étalon d'origine coquilla le plus important de la ganaderia, Escobero-72, que l'on gracia dans les arènes de Chelva

Le semental Aceituno-83, fils de l’étalon d’origine coquilla le plus important de la ganaderia, Escobero-72, que l’on gracia dans les arènes de Chelva

Aujourd’hui, les trente dernières femelles de Coquilla qui forment le noyau reproducteur de l’élevage originel qu’avait créé Jesús Sánchez Arjona divaguent lentement et paisiblement sur les plaines verdoyantes et silencieuses du Collado où l’oubli semble s’installer irrémédiablement, malgré les efforts financiers et humains que réalise jour après jour Javier Sánchez Arjona. Peut-être connaissent-elles leur destin, un triste destin que personne n’ose accepter ? Le jeune semental Aceituno-83, fils d’Escobero-72, un excellent taureau qui avait gagné le droit de vivre lors d’une corrida organisée dans les arènes de Chelva, les accompagne sereinement dans ce qui semble être un ultime voyage. En traçant lentement son chemin comme l’on s’applique à l’exercice de la calligraphie, Aceituno dessine ce que seront peut-être les futures épopées des coquillas de la familla Arjona et il inscrit un vers invisible revendiquant une idée qui émergea de l’histoire de la ganaderia de la famille Sánchez Arjona : « la bravoure n’est autre que l’expression de la vie. Pour cette raison, il ne saurait y avoir pour le taureau résolument brave autre récompense que la vie. »

Le bonheur d’Ordenado-15 et la consécration d’Artillero-30

Vache d'origine Juan Pedro Domecq, marquée du fer de Javier Sanchez Arjona

Vache d’origine Juan Pedro Domecq, marquée du fer de Javier Sanchez Arjona

Non loin des derniers coquillas élevés à El Collado se trouvent les deux lots de vaches marqués du fer du SA, élevage que Javier Sánchez Arjona annonce à son nom et qu’il a créé à partir d’un lot de vaches acquis à Juan Pedro Domecq en 1983. Alors qu’il avait perçu la difficile adaptation du taureau de Santa Coloma-Coquilla aux exigences de l’époque, Javier Sánchez Arjona s’était tourné vers son ami Juan Pedro Domecq Solís pour constituer un nouvel élevage, plus en adéquation avec le goût des toreros et des empresas de la fin du XXème siècle. Il avait alors acquis un lot de vaches sur lesquelles il avait mis Lasivo, un étalon acheté à Fernando Domecq, qui était encore le représentant de l’élevage de Jandilla. Plus tard, la relation de confiance et d’amitié qu’il avait établie avec Juan Pedro Domecq lui permit d’emprunter chaque année à celui-ci un semental dont la qualité des produits avait été vérifiée.

Le semental Bonito-31, de Juan Pedro Domecq, qui couvrit chez Sanchez Arjona

Le semental Bonito-31, de Juan Pedro Domecq, qui couvrit chez Sanchez Arjona

C’est ainsi que de nombreux étalons qui firent la gloire de Juan Pedro Domecq vinrent à El Collado transmettre leur bravoure. Le travail de sélection réalisé par D. Javier orienta génétiquement la constitution de son élevage vers la descendance d’un des étalons les plus importants que posséda l’éleveur andalou : Artillero-30. Un de ses fils, Bonito-31, vint transmettre mobilité et classe au bétail de Sánchez Arjona.

Dans un enclos longé par l’autoroute qui mène à Ciduad Rodrigo se trouve un lot de vache singulier. Parmi elles, pait le trésor de la ganaderia, un splendide taureau noir nommé Ordenado-15 que Julián Lopez El Juli gracia dans les arènes de Linares en 2002. Né du semental Pedigueño I – 27 (1992), qui fut un des taureaux fondamentaux dans la création et la consolidation de l’élevage de Javier Sánchez Arjona et qui descendait du taureau Bonito-31 de Juan Pedro Domecq, Ordenado-15 parvint à transmettre à ses 86 filles et à ses 90 mâles la bravoure tempérée et suave qu’il laissa émerger dans les arènes de Linares en ce soir d’Août 2002 alors qu’il complétait une corrida de Victoriano del Rio.

SONY DSC

Ordenado-15, gracié à Linares par El Juli en 2002

Depuis onze années, Ordenado-15 a offert à son éleveur pas moins de quatre sementales. L’un d’entre-eux, Yuntero-44, fut à son tour indulté à Caissargues par Stéphane Fernandez Méca en 2007. Après l’avoir fait couvrir un lot de vaches, Javier Sánchez Arjona découvrit la stérilité du taureau. Trois autres males furent approuvés par Javier : Tout d’abord, Beduino-36, né en 2004, puis Defensor-69 né l’année suivante, et enfin Educado-33 né en 2006. La sélection de ces quatre reproducteurs et la grâce d’Ordenado marquèrent indéniablement le destin de l’élevage de Sánchez Arjona ; en effet, la rame de Pedigueño I, père d’Ordenado, s’installa durablement dans l’histoire de l’élevage salmantin et elle apporta une classe indéniable au bétail marqué du SA. On retrouvera en terres françaises par exemple deux sementales issus de Pedigueño I – 27.

Le semental Quedamito-13, rescapé d'une corrida célébrée à Béziers, père de la ganaderia Dos Hermanas de Patrick Laugier

Le semental Quedamito-13, rescapé d’une corrida célébrée à Béziers, père de la ganaderia Dos Hermanas de Patrick Laugier

Le premier, Quemadito-13, fut récupéré par Patrick Laugier d’une corrida célébrée dans les arènes de Béziers. Blessé en piste, il fut renvoyé aux corrales et soigné avant d’être tienté par Julien Milleto au campo et approuvé par son nouveau propriétaire. Dès lors, il couvrit les vaches que Patrick Laugier acheta à Sánchez Arjona et donna bon nombre de satisfactions. En effet, il est le père de la grande novillada lidiée sous la pluie dans les arènes d’Arles en 2009. Un autre descendant de Pedigueño I, nommé Buhonero-24 dont un fils, l’étalon Escoltado-28, couvrait les vaches de l’élevage en 2012, fut acquis par les éleveurs de Tierra D’Oc.

En 2012 et en 2013, agé de 15 ans, Ordenado-15 couvrait certainement une dernière fois les vaches de l’élevage après avoir engendré une longue liste de taureaux importants que l’on toréa dans les arènes de France et d’Espagne.

Ordenado-15, avec un lot de vaches en 2013

Ordenado-15, avec un lot de vaches en 2013