Sur les traces de Cayetano Ortiz

        Les terres arides du Mexique sont la toile. Une muleta tenue du bout des doigts en guise de pinceau. La bravoure douce et pimentée du taureau mexicain asaltillado comme encre délébile d’une oeuvre éphémère. Cayetano Ortiz poursuit, dans l’ombre, sa préparation en terres mexicaines en vue d’une importante temporada 2012. Ces dernières semaines, il a eu l’occasion de toréer de nombreux tentaderos.

      Chez San Miguel de Castro, dans l’intimité désertique du campo, entre les pierres desséchées par le soleil puissant aztèque, Gaëtan dessine « ses naturelles », celles qu’il cherche obstinément, jour après jour.
     Quelque jours plus tard, c’est chez Corroneo et chez Rosas Viejas qu’il est invité à tienter trois vaches. Dans cette dernière ganaderia, la première mansa et la seconde compliquée apportent la saveur amère à une matinée clôturée par une excellente vache avec laquelle Cayetano put prendre beaucoup de plaisir.
     Mardi, dans les arènes de Presas, il toréa un festival en compagnie de Leopoldo Casasola et de José Mauricio, qui coupa une oreille dimanche dernier dans les arènes de Mexico DF. L’âpre novillo de Montecristo permit à Gaetan de perfectionner son entraînement avant de toréer sous peu ses premières novilladas. Représenté en terres aztèques par Roberto Fernandez Quitos, il partipera en Janvier et en Février à plusieurs novilladas.
Nous vous donnerons de ses nouvelles prochainement.