Le renouveau du Montecillo

Chateau d'Orgaz

Chateau d’Orgaz

Enterrement du Comte d'Orgaz, peinture d'El Greco

Enterrement du Comte d’Orgaz, peinture d’El Greco

       Au pied des monts de Tolède, sur les terres où Don Pérez Guzman, Comte d’Orgaz, édifia son château au XIIIe siècle, Francisco Medina a dessiné de sa main sa nouvelle propriété afin d’accueillir vaches et taureaux braves. Invention géniale et brillante au milieu d’une marée de chênes qui peuplent abondamment le relief escarpé dont seul Paco Medina connait les moindres recoins. Il est né dans la région, et la région toute entière semble avoir pour lui une incroyable admiration. Après avoir érigé de toutes pièces la ganaderia d’El Ventorrillo, qu’il vendit au prix fort à Fidel San Roman, Paco Medina décida de conserver quelques vaches et quelques sementales afin de créer un nouvel élevage que l’on retrouvera à Madrid le 16 Mai prochain : El Montecillo.

Novillos d’El Montecillo

Paco Medina, toréant à Talavera de la Reina

Paco Medina, toréant à Talavera de la Reina

                  Francisco Medina était issu d’une famille modeste de Tolède. Il fit fortune, après s’être exilé durant trois années en Allemagne pour y trouver du travail, en fournissant le Corte Inglés en passementerie. Brillant homme d’affaires, et grand aficionado, il décida d’acheter à Juan Pedro Domecq un lot de cent cinquante vaches et quatre sementales dont un semental qui fut fondamental dans la création de la ganaderia d’El Ventorrillo, Taponero. Deux autres sementales importants de Juan Pedro Domecq vinrent couvrir les vaches : Hondero-75, un taureau burraco ; un fils du fameux Gambero, le numéro 52. En parcourant le cercado des taureaux choisis par l’empresa de Madrid, Paco Medina évoque une des vaches qui participa à l’édification des fondations de l’élevage, Ilusion-200, mère d’un Semental important qu’avait possédé Juan Pedro Domecq, un taureau Jabonero.

Taureau pour Santander

Taureau pour Santander

Durant une vingtaine d’années, Medina tenta de créer un taureau brave et exigeant et il y parvint rapidement, récoltant ses premiers succès dans des arènes d’importance. Vint alors un riche promoteur immobilier, Fidel San Roman, qui décida de lui acheter la ganaderia toute entière, bétail et finca comprise, pour une somme (très) importante. Medina accepta, sans pour autant abandonner l’aventure ganadera. En effet, il acheta une quarantaine de vaches neuves, non-tientées, aux ganaderos à qui il avait vendu du bétail alors qu’il était encore propriétaire d’El Ventorrillo. Ainsi il réalisa ses premières sélections à partir de vaches nées chez le Comte de Mayalde ou bien chez Sotillo Gutierrez, débutant de la sorte une nouvelle aventure qui le conduit, en 2011, à présenter sa première corrida de taureaux dans les arènes de Las Ventas.

Taureau pour 2013

Taureau pour 2013

Taureau pour Madrid (16 Mai 2012)

Taureau pour Madrid (16 Mai 2012)

                  Infatigable orateur, aficionado intarissable, Paco Medina vit avec passion la construction de son nouvel élevage. Il soigne chaque détail dans l’élaboration de la propriété, dont il dirige les travaux. Fier de ses succès passés, Medina ne cache pas ses ambitions. Il a préparé pour Madrid une corrida sérieuse, fine et harmonieuse. Selon lui, deux des taureaux qui seront lidiés à Madrid sont des frères de père du grand Cervato, un taureau sardo lidié l’an dernier par Alejandro Talavante à Madrid, taureau qui lui permit de triompher. Les deux sardos, tous deux fils de Mancheguito-1 sont, avec un cinqueño, negro, la fierté du ganadero qui dépose en eux toute sa confiance.

                  Un autre cinqueño, un taureau burraco, n°13 complète l’encierro. Ce dernier avait voyagé en Août dernier jusqu’à Malaga où il se devait d’être lidié lors d’une corrida nocturne. Après avoir refusé l’ensemble de la corrida, alors que Paco Medina s’apprêtait à ramener l’ensemble du lot à Orgaz, l’équipe vétérinaire accepta quatre taureaux, le burraco étant invité à rejoindre les pâturages castillans qui l’avaient vu naître. Il rencontrera, si les vétérinaires le veulent bien, Manuel Jesus el Cid, Cesar Jimenez ou bien Ivan Fandiño a Madrid le 16 Mai prochain.

Taureaux pour Madrid, dont un sardo, fils de Mancheguito-1

Taureaux pour Madrid, dont un sardo, fils de Mancheguito-1

Frère de père de Cervato d'El Ventorillo, lidié à Madrid en 2011

Frère de père de Cervato d’El Ventorrillo, lidié à Madrid en 2011

Burraco, cinqueño, qui fit le voyage jusqu’à la Malagueta en 2011

Taureau pour Madrid

Taureau pour Madrid

Novillo d'El Montecillo, pour 2013

Novillo d’El Montecillo, pour 2013

Une autre corrida sera lidiée à Santander. La France, elle aussi, verra les taureaux d’El Montecillo fouler le sable des arènes de Saint Sever au mois d’Août. Ces deux lots seront présentés sur Toreart.wordpress.com quelques jours avant qu’ils ne soient combattus.